• Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black SoundCloud Icon
  • Black YouTube Icon

à propos...

A propos de Nora Bene

A la première page, Nora Bene a commencé par faire les alpages. Petite, puis moins petite. Elle a eu beaucoup de temps pour faire du violon, construire des cabanes, faire de la balançoire, lire des bouquins et surtout pour jouer avec les mots et inventer des histoires. Elle les racontait aux chèvres, aux arbres et aux insectes, qui étaient aussi parfois les protagonistes de ses longues narrations.

Aux pages suivantes, elle a grandi. A la ville mais sans télévision. Là encore, beaucoup de temps pour les histoires et les mots. Comme elle faisait toujours du violon et qu’elle aimait bien ça, elle est entrée au Conservatoire, avec un grand C. Elle en est sortie avec les diplômes qu’il fallait. A un moment donné, elle s’est retrouvée sur le chemin d’une fanfare manouche, alors elle l’a suivie quelque temps. Avec elle, elle a rencontré l’improvisation, et un grand sentiment de liberté. Elle a aussi été serveuse dans un bar, pour un moment, et elle y a découvert le monde de la nuit et l’électro avec laquelle elle s’est bien marrée, toujours avec son violon. A ses heures perdues, elle écrivait les histoires qui n’étaient autrefois que dans sa tête, et les mots prenaient différents sens. Elle a aussi rencontré le jazz, dansé avec le tango, groové avec le Funk, sans pour autant délaisser ses amours de jeunesse comme Bach ou Bartók. Mais ce qu’elle voulait vraiment, finalement, c’était unir les textes et les musiques qui étaient dans sa tête ou sur papier. Comme elle ne savait pas très bien jouer de la guitare, elle s’est accompagnée de son violon, et comme c’était une grande aventure, elle a aussi pris un looper, pour la route. Et le plus beau, dans cette histoire, c’est qu’il reste encore plein de pages à découvrir.

Le style musical de Nora Bene ? On pourrait dire « slamusicexpérimentazz », mais ça ne se retient pas très bien, alors à vous d’en décider.